Vous êtes ici :

Partager sur :

Accueil>...>Culture>Centre d'Art Contemporain>Expositions passées>Eté 2013 : De Braud- Langlois-Stockerl-Zazzi

Eté 2013 : De Braud- Langlois-Stockerl-Zazzi

EXPOSITION DU 6 JUILLET AU 15 SEPTEMBRE 2013


 

Alberto DE BRAUD - sculpture

Sculpture d' Alberto  De  Braud
Né en 1959 à Milan.
Vit et travaille à Milan.

 

 

 


«Je travaille avec une boussole. Je ne connais ni mes motivations ni le résultat que je veux atteindre (...). Si créer sans règle est extrêmement périlleux, ce qui me sauve, c'est que  j'applique les principes mêmes sur lesquels reposent la vie, la réalité et le monde. Je me livre ainsi  à ce que l'on pourrait appeler  un « vagabondage ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 


Claude LANGLOIS - peinture


Né à Marseille en 1942.
Vit et travaille à Marseille.

Peinture de  Claude  Langlois

 

 

 

 

«Je peins plus avec les yeux et les mains qu'avec des pinceaux. Mon plaisir est de voir émerger, d'objets ramassés sur les plages ou de tâches de peinture, une forme, des personnages, des animaux comme des fantômes de l'enfance. Ces apparitions reflètent le monde tel que je le vois et le ressens. Je le voudrais joyeux, coloré, poétique et humoristique.»

 

 

 

 

 

 

 


 

Thomas STOCKERL- peinture


Né à Frankfort en 1959.Peinture de  Thomas  Stockerl
Vit et travaille à Neubeuern.

 

 

 

 


«Le processus consistant à couvrir le recto et le verso d'une feuille presque blanche, de traces, dessins ou de peinture, pourrait laisser penser que le tableau obtenu est le fruit du hasard. La peinture, telle que je la conçois, échappe à toute intention calculée et tout contrôle. Il ne m'est pas possible de m'en tenir à un tableau réussi ni de le reproduire. »

 

 

 

 

 

 

 


 

Jean-Marie ZAZZI - peinture


Né à Marseille en 1936.
Vit et travaille à Cadenet.

Peinture de  Jean  Marie  Zazzi

 

 

 

 

«(...) Je regarde ces toiles et elles m'émeuvent. Rien en elles qui permette d'imaginer les gestes, la technique dont elles sont nées. Neutres, anonymes, fixées en un instant immobile, elles me soustraient à l'écoulement du temps, éveillent cette part en moi qui participe de ce qu'il ne peut dégrader.»

 Charles Juliet