Vous êtes ici :

Partager sur :

Accueil>Briançon Loisirs>Patrimoine>La grande charte des libertés briançonnaises

La grande charte des libertés briançonnaises

La grande charte des libertés briançonnaises, document fondateur de l'organisation de la vie des communautés briançonnaises pendant plusieurs siècles, a fait l'objet en 2017 d'un important travail de restauration et de numérisation pour prévenir les détériorations pouvant à terme devenir irréversibles.


un document emblématique des archives municipales

la Ville de Briançon, désireuse de valoriser et de promouvoir ce document emblématique des Archives municipales auprès du grand public, a eu à coeur d’en offrir une traduction révisée et une transcription fidèle.
Cette publication en français est en vente au service du Patrimoine

 


Vous pouvez visualiser le document original conservé aux Archives municipales de la Ville en cliquant ici

Pour télécharger la transcription du document original (en latin), cliquez ici


Ce texte en latin est issu de la lecture directe de l’exemplaire conservé aux Archives municipales de Briançon (cote ancienne AA5), confrontée avec la transcription faite par Fauché-Prunelle de l’original delphinal conservé aux Archives de l'Isère (cote B 2607, pièce xli (41), folios 170-182v)

Le document de Briançon est un « double original », adressé aux Briançonnais au moment même de la transaction. « …lesdits syndics et procureurs, au nom et pour la cause desdites communautés et personnes particulières, ont demandé et réclamé à moi notaire soussigné d'établir un ou plusieurs exemplaires du présent acte public de la même teneur, et autant qu'ils en voudront avoir, afin que les choses contenues audit acte soient à tous manifestes. »


Cet acte, rédigé en latin, utilise de nombreuses abréviations qui ont été développées. Pour celles qui peuvent poser question, les développements proposés sont notés en italique.
Les parties de phrase illisibles ou peu lisibles (correspondant à d’anciens plis) sont soulignées. La transcription proposée suit alors celle de Fauché-Prunelle.
Pour faciliter la lecture, le numérotage des articles a été introduit de la même façon que dans la traduction.