Vous êtes ici :

Le nouveau Champ de Mars

En à peine 6 mois, les travaux de réaménagement du Champ de Mars ont totalement modifié la physionomie de l'entrée de ville. Cette zone de passage, très fréquentée par les voitures, réserve désormais de larges espaces aux piétons et s'embellit d'aménagements paysagers qui mettent en valeur l'héritage de Vauban.


 

 

Une métamorphose réussie

L’amélioration paysagère du site est bien visible.
Verdoyantes aux beaux jours, les haies de charmilles qui ne dépasseront pas 2 m de haut, présentent l’avantage de conserver leur feuillage toute l’année. A l’automne, leurs teintes rousses s’harmonisent avec les nouveaux enrobés. Une trentaine d’ormes de montagne complètent le verdissement du site.

L’embellissement du Champ de Mars tient également au traitement des sols. Les cheminements piétonniers à l’intérieur du parking, tout comme les trottoirs, sont revêtus d’un enrobé grenaillé clair. Les passages piétons sur la route de Grenoble affichent les mêmes tonalités lumineuses.

Côté mobilier urbain, les améliorations portent sur l’éclairage du parking -constellé de petits candélabres cylindriques à LED - sur l’habillage en bois des caisses automatiques, des sanitaires et des consignes pour les motards ainsi que sur la création d’un parking vélos et d’un parking motos.

  

   

 
 

Des déplacements piétons sécurisé

Pour permettre aux piétons d’évoluer en toute sécurité, des cheminements de couleur claire ont été créés au pied du glacis et à l’intérieur du parking. Ils rejoignent la route nationale, recalibrée en deux voies simples. L’espace ainsi gagné sur la voirie a permis d’aménager un large trottoir devant les commerces et d’améliorer ainsi la qualité de l’espace public.
Et pour renforcer encore la sécurité des piétons, la vitesse a été ralentie à l’entrée de ville, avec le passage en zone de circulation apaisée, limitée à 30km. Un rythme idéal pour admirer la qualité paysagère du site.

 

  

 

Rehausser l’attractivité touristique et valoriser le label UNESCO

D’un montant d’1,8 M€, les travaux de requalification ont été menés dans le cadre du Contrat de Redynamisation des Sites de Défense (CRSD), signé avec l’Etat en 2009 pour compenser le départ de l’armée par la création de richesses économiques, issues notamment du tourisme.
Et c’est bien le propos du nouveau Champ de Mars : séduire les visiteurs français et étrangers arrivant à Briançon en leur offrant une vue imprenable sur le glacis du Champ de Mars et sur les fortifications de Vauban, inscrites au Patrimoine mondial de l’UNESCO.
D’où l’intérêt de la « muralité végétale » et des « cônes de vision » évoqués par l’architecte Pierre-Louis Faloci et explicités par Aurélie Poyau : « En soustrayant aux regards les voitures, les haies végétales ouvriront des champs de vision sur le Patrimoine de Vauban, qui prendra alors toute sa mesure. Briançon est une ville de toute beauté qui mérite d’être mise en valeur. »

Sur le parking, l’accueil des touristes a aussi été facilité par la création d’une aire de dépose d’autocars et d’une zone camping-cars au niveau du boulodrome.

 

 

Des hommes et des chiffres

  • Maître d'œuvre : agence Pierre Louis Faloci

Le réaménagement du Champ de Mars est l'une des 1ères réalisations du projet Coeur de Ville orchestré par l’équipe pluridisciplinaire du cabinet Faloci. Rappelons que ce projet urbain porte sur la requalification d'un territoire de 130 hectares compris entre la Grande Boucle, les casernes, le quartier Sainte Catherine et la gare, incluant aussi l'entrée de ville du Champ de Mars et le pied de station du Prorel.

  • Maîtrise d’ouvrage : Ville de Briançon représentée par Laurence Deslandes, responsable du service de l’urbanisme
  • Entreprises : Routière du Midi (Gap) - Massé (Briançon) – Davin Charpente (L’Argentière) - Sudati (Briançon) – Allamanno (L’Argentière) – Concept Jardin (Monêtier)
  • Coût des travaux : 1,8 M €
    Financés à hauteur de 80% par l’Etat (DETR), la Région PACA et le Département des Hautes-Alpes. La part d’autofinancement communal s’élève donc à 20%.