Vous êtes ici :

Le parc de la Schappe

Le parc de la Schappe est l'oeuvre de Laurent Delphin, commandant de la place de Briançon, qui se lance en 1815 dans un projet extravagant : convertir d'anciennes carrières arides en un parc luxuriant à la mode orientale, avec un lac orné d'un pont japonais, d'un îlot et d'une pagode.


Il a fallu tout d’abord aménager les deux pentes sur les rives de la Durance qui étaient jusqu’alors d’anciennes carrières en terrasses. Un procédé original et ingénieux a été utilisé pour transporter la terre afin de combler ces terrasses : elle était déversée dans le grand canal de ville et celui des Reymondières par des dizaines de militaires.
La réalisation du lac a été rendue possible grâce à l’abondance de d’eau. Enjambé par un pont japonais, celui-ci est profond de 2 mètres en son centre et le fond est recouvert d’un dallage de pierres rondes.

Le commandant Delphin a organisé la plantation d’arbres aux essences diverses, provenant de France, d’Italie du Nord, d’Autriche et de Suisse. Des sentiers ont été tracés et un grand verger a été créé sur la rive droite de la Durance au pied des remparts de la ville.
Le Parc a reçu, en 1830, une médaille d’or de la Société Royale et Centrale d’agriculture.

 

 

La création du parc est largement antérieur à celle de l'usine. Les terrains du parc de la Schappe seront acquis vers 1850 par A. Arduin et Chancel grâce aux bénéfices réalisés par l'usine. Pendant la période de fonctionnement de celle-ci ils sont à l'usage exclusifs des directeurs.

A l’arrière de l'acqueduc qui conduisait autrefois l'eau jusqu''à l'usine de traitement de la soie, se trouvent de grandes cavités maçonnées qui servaient à entreposer des choux pendant l’hiver; bien à l’abri, ils se conservaient ainsi toute la saison froide et alimentaient les cantines de l’usine.

Jusque dans les années 30, on conservait aussi la glace à La Schappe, dans de grandes salles voûtées. Destinée aux hôtels pendant la saison chaude, elle était récoltée au glacier du Casset, puis descendue jusqu’à Briançon sur des tombereaux.

 

 

Le Parc est acheté à la Société SIS, propriétaire de l’usine, le 27 décembre 1954 par la ville de Briançon. Dès 1965, Jean Heusch crée un parc zoologique : canards, cygnes, buses, paons, tourterelles, renards, rapaces rares, mais aussi écureuils en liberté.

Dans les années 60, le lac est utilisé comme patinoire municipale l’hiver (jusqu’à la création de la patinoire actuelle en 1968). Le fond du parc a abrité de nombreuses années le camping municipal. Avant la création des terrains de sport des Artaillauds et des Sagnes en 1965, les collégiens et lycéens descendaient au Parc, pour les séances d’éducation physique.