Vous êtes ici :

Partager sur :

Accueil>Tour de France>Les "locaux" de l'étape du tour

Les "locaux" de l'étape du tour

Dimanche 16 juillet, sur l'avenue Jean Moulin à Briançon, 15 000 cyclistes franchiront par pelotons de 1000 la ligne de départ de l'Etape du Tour, épreuve amateur de renommée mondiale. Agés de 18 à 84 ans - avec une moyenne de 45 ans - ces valeureux coureurs viendront de 72 pays. Quatre d'entre eux, habitants du Briançonnais, nous livrent leurs impressions à quelques jours du coup d'envoi.


Ils seront sur la ligne de départ dimanche !

Mathieu Donabedian  > 25 ans > Agent d’accueil à la mairie de Briançon

 

 Il se dit plus habitué aux trails en montagne qu’aux courses cyclistes.  Ce qui ne l’a pas empêché de se classer 14e au palmarès du parcours de 100 km de la Granfondo Serre Chevalier le 9 juillet dernier ! Une performance de bon augure…

 « J’ai fait deux reconnaissances du parcours
de l’Etape du Tour en autonomie, avec des
provisions d’eau et de pâtes de fruits. Elles
ont vite été englouties ! C’est une boucle
exigeante, cumulant 3500 m de dénivelé positif.
Il va falloir gérer l’effort et bien boire, d’autant
que la météo s’annonce belle et chaude. Je vais
tâcher de m’économiser en plaine, de me faufiler
hors du peloton de départ quand ce sera roulant
et d’appuyer dans les cols si j’en ai encore sous
la semelle. »



 

 

 

 

Estelle Arnaud > 45 ans > Chargée de communication & initiatrice du service Cyclo’Pouss de Briançon


 Elle fait partie des 8% de femmes qui prendront le départ de la course dimanche. Vous l’avez sans doute déjà vu rouler en ville au guidon du Cyclo’Pouss, le transport écologique de retour à Briançon cet été.
Une excellente mise en jambes qu’Estelle complète sur route avec son cher et tendre, Ludovic Arnaud, professeur d’EPS du lycée de Briançon.


«Ma motivation, c’est le plaisir. Ca va être un bonheur de vivre cette course à domicile, sur ce parcours splendide. Et puis, on n’aura
peut-être plus jamais le privilège de pouvoir faire un tel itinéraire dans  ces conditions hors du commun, sans voiture, sans moto…

 

J’adore le vélo, j’en fais souvent avec mon mari. Ces derniers temps, n a augmenté la dose d’entraînement. Dimanche, on prendra tous les deux le départ, lui dans le sas n°10, moi dans le n°9 mais malgré ma  légère avance, il y a de fortes chances qu’il me rattrape ! On a couru ensemble la Granfondo Serre Chevalier le week-end dernier  pour apprendre à partir en groupe. Rouler en peloton, ça demande énormément de concentration : il ne faut pas gêner ses voisins, réagir  correctement en cas d’incident. Il paraît d’ailleurs que sur de telles épreuves, une grande partie de la fatigue vient de cet effort de vigilance soutenu. Mon ambition, c’est d’aller au bout de la course, de tenir la distance. Si je parviens à la boucler en 9 heures, ce sera déjà beau ! »

 

 

Bastien Ripert > 34 ans > Directeur délégué du Centre Hospitalier de Briançon

 

 Passionné de vélo, il jongle depuis trois semaines avec un agenda
professionnel surchargé et des entraînements chronophages.

« J’avais très envie de participer à cette course pour 3 raisons : ça promet d’être une fête magnifique, c’est l’occasion inespérée de traverser des paysages somptueux dans des conditions exceptionnelles puisque les routes seront fermées à la circulation et enfin, ça assouvit ma passion de la petite reine.
Je m’étais régalé il y a quelques années sur la Luc Alphand, qui était aussi une course ardue sur longue distance où régnait une belle ambiance. On a la chance de vivre dans un territoire offrant les plus beaux cols de montagne de l’Hexagone, il faut en profiter.
Cela dit, je ne roule assidument que depuis trois semaines car auparavant
j’ai surtout couru pour préparer le grand trail des Ecrins auquel j’ai participé le 18 juin. Alors mon objectif, c’est avant tout de terminer la course en selle ! »






Thibault Millet > 43 ans > Professeur de mathématiques au lycée d’Altitude & conseiller municipal de Briançon, délégué à l’urbanisme de proximité



  Ce cycliste régulier n’en est pas à son coup d’essai : dimanche, il fêtera sa 4ème participation à l’Etape du Tour.

« J’ai pris part à trois éditions de l’Etape du Tour il y a quelques années, au départ de Gap, Annecy et Albertville. Alors quand j’ai su que la course était organisée à Briançon, je n’ai pas hésité. C’est une épreuve impressionnante par son ampleur. Il faut s’imaginer qu’en amont de la ligne de départ s’aligneront 15 000 participants, sur près de 3,5 km.
C’est plus que toute la population de Briançon réunie. S’élancer au milieu d’un peloton de 1000 coureurs, ça requiert une vigilance sans faille. Depuis le mois de
mai, je m’entraîne deux à trois fois par semaine sur de grandes distances.

 

A mon sens, la principale difficulté sera l’ascension des deux cols en ayant déjà une centaine de km dans
les jambes. Mais la splendeur des paysages devrait nous payer de nos efforts. Le Col de Vars, la Casse Déserte…quelles merveilles »

L’ETAPE DU TOUR : CHIFFRES XXL

 Happy birthday ! 50 des cyclistes inscrits fêteront leur anniversaire le jour de la course. 

176 km de course, 3500 m de dénivelé, 15 000 participants…et un ravitaillement à l’avenant, comme en témoigne les chiffres des denrées et boissons :