Vous êtes ici :

Fort des Salettes

Le fort , accessible du Champ de Mars a été envisagé par Vauban dès 1692 pour occuper un replat dominant dangereusement la ville. Sa réalisation, à partir de 1709, fut guidée par les plans établis de son vivant.


Le fort des Salettes a été agrandi entre 1845 et 1850.

L'ouvrage primitif du 18e siècle est une redoute, ou tour-réduit s'inspirant des modèles de certaines tours médiévales pouvant s'avérer efficaces en terrain de montagne. Elle était destinée à interdire aux ennemis de s'emparer d'une position dominante.

Les travaux commencent en 1709, sous la direction de l'ingénieur Tardif et durent jusqu'en 1712.

La tour centrale présente une forme carrée avec les pans coupés. Elle était, à l'origine, couverte d'une toiture d'ardoises. Elle est entourée d'un fossé et d'une galerie de contre-escarpe à feux de revers munie de créneaux de fusils permettant de prendre l'ennemi sous deux directions de feux différentes. Toute l'originalité de cet ouvrage réside dans le fait que l'accès à la galerie ne peut se faire que par un souterrain partant de la tour et donc, difficilement accessible aux soldats ennemis.

 

 

La tour pouvait abriter une centaine de soldats et devait contenir tout le nécessaire à leur subsistance. Elle comporte deux niveaux : 

  •  le premier avec quatre salles : deux corps de garde, une cuisine avec une cheminée et une pièce abritant un four à pain, une réserve de poudre et une citerne d’eau.
  •  le deuxième niveau comporte des créneaux de fusils et des emplacements pour une artillerie légère. Les travaux de modernisation du fort au 19e siècle ont entrainé le déplacement de la porte de la tour. Elle s’ouvrait autrefois au deuxième étage et a été abaissée au niveau du fossé. Elle est protégée par un petit fossé et un pont-levis.

Sous la monarchie de Juillet, cette redoute sera transformée en véritable fort par l’adjonction d’une enveloppe bastionnée, de six casemates de type Haxo et d’une poudrière. La tour sera renforcée par un toit terrasse et mieux dotée en artillerie.

 Cet ensemble est dans un bon état de conservation. On remarquera le soin apporté à la construction, en particulier la belle maçonnerie de pierre de taille. A découvrir, un beau décor classique composé de deux pilastres et d’une corniche, des inscriptions gravées dans la pierre et des blasons royaux.

Propriété de la ville de Briançon, il est entretenu et animé l’été par les jeunes bénévoles du Club du Vieux Manoir depuis plus de 30 ans. Il fait partie de l’ensemble fortifié de Briançon inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO au titre des Fortifications de Vauban.