Vous êtes ici :

Pont d'Asfeld

Véritable ouvrage d'art, alliant prouesse technique et esthétique, ce pont a été construit afin d'assurer la liaison entre la ville haute et les forts situés sur la rive gauche de la Durance.


 Dans son second projet, daté de 1700, Vauban propose l'occupation défensive du plateau des Têtes et la jonction avec la ville par une route franchissant la Durance sur un pont en pierre, à deux arches et pile centrale. Rien ne se fit jusqu'en 1708, quand, dans le cadre de la guerre de succession d'Espagne, on réalisa sous la direction du Maréchal de Berwick, en fortifications passagères, les projets de Vauban.
On aménagea une route partant de la porte de Pignerol, contournant le château par le Nord et passant la Durance sur un pont de bois situé plus bas et à 200 m au nord de l'ouvrage actuel.

 

  

 

Dans le cadre des grands travaux ordonnés par le marquis d'Asfeld dès 1720, la construction d'un pont en pierre s’imposa. Il fallut d’abord aménager la route d’accès, tâche difficile qui dura près d’une année. Puis après avoir repéré les emplacements destinés à l’ancrage des culées (parties situées sur la rive destinées à supporter le poids du tablier), on construisit un échafaudage en bois, avec des cintres, afin d’installer les voussoirs (un voussoir est une pierre de taille en forme de coin ou de pyramide tronquée formant l'appareillage d'un arc, ou le cintre d'une voûte ou d'une arcade).
Le travail de construction commença du côté de la ville. Six mois furent nécessaires pour fermer la voûte, puis encore une année pour achever l’ouvrage qui fut inauguré en grande pompe en 1731.

 

 

Cet ouvrage audacieux est constitué d’une seule arche, en plein cintre, de 38,60 m de portée à 54,50 m au-dessus du lit moyen de la rivière Durance. Le volume des voussoirs est de18 pieds cube soit 0,62 m3. Les murs sont faits de tympans en pierre de taille en assises horizontales surmontés d'une plinthe saillante en forme de boudin portant un parapet en pierres de taille et couvert d'une tablette saillante profilée en demi cylindre. Au milieu du pont est érigée une croix en ferronnerie surmontant une pyramide de pierre. Une plaque en bronze (fac-similé de 1987 car pour des raisons de sécurité, l'original est conservé à la mairie de Briançon) donne la date de 1734. Trois ans après la fin des travaux, il semble que cela corresponde à la date d'accession d'Asfeld à la dignité de Maréchal de France.

Hormis quelques rectifications de la route d'accès au 19e siècle, l'ouvrage n'a subi aucune modification. Il a fait l’objet d’une restauration complète en 1987. Le pont est propriété de la Ville de Briançon et fait partie de l’ensemble fortifié de Briançon inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO au titre des Fortifications de Vauban.