Pont de Cervières

Niché sur la rive gauche de la Durance, à la lisière de Villard Saint Pancrace, Pont de Cervières est un hameau de Briançon au charme pittoresque.
n'a jamais arpenté la rue du Bacchu Ber, artère centrale très pentue, bordée de maisons adossées les unes aux autres ? Ce quartier riche d'histoire et de traditions compte parmi les plus anciens de la commune.


 

Mentionné dans des textes dès 1228, il aurait été fondé par des familles de la plaine du Bourget à Cervières, attirées par ses terres fertiles des berges de la Cerveyrette. Ses pâturages, sa rivière, ses moulins, ses fours et ses édifices religieux lui confèrent une atmosphère de paisible village. Mais ne vous y trompez pas ! Avec son école et son collège, Pont de Cervière est un quartier animé, où se côtoient toutes les générations.


Quelques lieux emblématiques

 

La place Jean Jaurès, refaite à neuf et inaugurée le 16 août 2014      

                                           

                         L'église                                             La rue du Bacchu Ber

 

LE bACCHU BER

Unique au monde, le Bacchu Ber est une danse des épées en chaîne exécutée chaque 16 août à Pont de Cervières depuis des temps immémoriaux. Cette cérémonie païenne se déroule selon un rite immuable : neuf danseurs, chemises et pantalons blancs, cravates noires et ceintures rouges, enchaînent avec leurs épées 45 figures géométriques complexes au son de la mélopée de chanteuses en costume traditionnel. Transmise oralement de génération en génération, la danse du Bacchu Ber Un spectacle pittoresque, chargé d’émotion et de solennité, qui constitue un moment de communion pour les Pontassins*.

*habitant de Pont de Cervières


Pourquoi le 16 août ?

La danse du Bacchu Ber se déroule le jour de la Saint Roch, fête patronale de Pont de Cervières. Saint Roch est le patron des pestiférés, dont on implore le secours en temps d’épidémie. Il est donc permis de penser qu’à une certaine époque, la population de Pont de Cervières a promis à Saint Roch d’exécuter chaque année cette danse en son honneur le jour de sa fête afin qu’il la préserve du fléau.

 


Les Doutous

Plus connue sous le nom de « Doutous », l’association des parents d’élèves de l’école de Pont de Cervières contribue activement à la vitalité du quartier. Loto, vide-greniers, goûters et repas festifs : les 10 membres de l’association multiplient les animations en direction des familles moyennant une cotisation de 6 €/an. Comme l’explique Vanessa Coste, présidente des Doutous, « ces manifestations  poursuivent un double objectif : récolter des fonds pour cofinancer le voyage et les sorties scolaires mais aussi créer du lien entre les familles. Et ça marche. Nous étions 280 à la dernière soirée MacDoutous, à base de hamburgers maison. Que les nouveaux parents d’élèves n’hésitent pas à nous contacter. Ils sont les bienvenus ! »

 


 

Un fief de la résistance

La toponymie d’un quartier en dit souvent long sur son histoire. C’est le cas  à Pont de Cervières où trois rues portent des noms de résistants de la seconde guerre mondiale : Albert Bourges, Joseph Silvestre et Alfred Mondet - les deux derniers ayant péri sous les balles allemandes. Terre de patriotes, ce hameau peut s’enorgueillir d’une tradition d’insoumission : en 1940, les cinq élus de Briançon originaires de Pont de Cervières démissionnèrent du Conseil municipal en apprenant que ce dernier voulait rebaptiser l’avenue du Lautaret « avenue du Maréchal Pétain ».

           

 

Témoignage

« Ce qui caractérise Pont de Cervières, c’est son atmosphère vivante et chaleureuse. Les nouveaux arrivants s’intègrent facilement. Parmi eux, il y a beaucoup de jeunes couples qui retapent des maisons de village et fondent leur famille dans le hameau. Aux beaux jours, les apéros entre voisins vont bon train. Toute cette jeunesse tisse des liens avec les aînés, qui leur donnent parfois des conseils de jardinage. La mixité sociale et générationnelle fonctionne bien, à travers le comité des fêtes et l’école notamment. Les personnes âgées de l’Arbre de Vie et les élèves se rendent mutuellement visite. Tous ces échanges nourrissent la convivialité du quartier ! »
Eric Peythieu, adjoint au maire et pontassin* de souche